Moniliose : comment lutter contre cette maladie des arbres fruitiers ?

Souvent, il est fréquent de constater la présence de fruits pourris sur des arbres fruitiers. La plupart du temps, ces arbres fruitiers sont porteurs de la moniliose, ce qui provoque ce pourrissement des fruits. On vous explique dans cet article comment lutter contre cette maladie des arbres qui peut faire des ravages considérables si elle n’est pas traitée.

Comment se développe la moniliose dans les récoltes d’arbres fruitiers ?

La moniliose fait partie de ces maladies qui a la capacité de réduire à néant des récoltes par le pourrissement des fruits.

A lire en complément : Comment avoir un beau jardin sans entretien ?

La moniliose qu’est-ce que c’est ?

La moniliose est une maladie cryptogamique due aux champignons Monilia fructigena et Monilia laxa qui sont responsables d’infecter les fruits et les rameaux des récoltes. On l’appelle aussi pourriture des fruits. Elle a la capacité de détruire toutes les récoltes, c’est pourquoi il est primordial de bien veiller à ne pas la laisser se propager.

La période d’apparition

Cette maladie fait son apparition pendant les périodes humides qui se déroulent principalement au printemps. En effet, c’est l’humidité qui est responsable du développement de la moniliose. En l’occurrence, cette dernière prend forme lorsqu’il y a de la pluie durant les périodes de floraison. Ces champignons ont la capacité d’hiverner dans les plaies des arbres. Que ce soit dans les plaies de l’arbre, les branches, les feuilles ou encore sur les fruits abîmés qui sont tombés au sol ou maintenus sur l’arbre.

A voir aussi : Trouver le mobilier de jardin idéal pour valoriser son espace extérieur

Reconnaître la maladie

Les symptômes de la maladie sont assez faciles à reconnaître, car ils sont très visibles à l’œil nu. Pour savoir si vous êtes en face d’un arbre fruitier qui est porteur de la moniliose, vous devez regarder attentivement les fruits et la couleur. Lorsque la maladie apparaît, des taches brunes apparaissent à la surface du fruit tout en subissant un ramollissement. Le fruit finit par subir un flétrissement et pourrir progressivement. Le fruit devient gris et sa peau se couvre de cloques. La maladie se propage par l’air et le champignon peut hiberner tout l’hiver jusqu’à réapparaître au printemps.

Les gestes de précaution

Lorsque le printemps arrive, la moniliose fait son grand retour sur les récoltes d’arbres. Pour cela, vous devez enlever quelques branches pour éviter une trop forte fructification. Pour faire de la prévention, il faut supprimer les feuilles et les fruits tombés en les faisant brûler dans un endroit isolé au sein de votre jardin. En effet, pour tenter de guérir un arbre déjà atteint par la maladie, les fruits malades doivent être enlevés impérativement et fait bien attention à ce que l’arbre malade n’ait pas de blessures. Ainsi, éclaircissez vos arbres.

Les arbres fruitiers à risque

Une grosse partie des arbres fruitiers sont susceptibles d’être sujets à la contamination par  la moniliose. Voici une liste des arbres qui sont susceptibles d’être concernés :

  • Le pommier
  • Le cerisier
  • Le citronnier
  • Le prunier
  • Le poirier
  • L’abricotier
  • Le pêcher
  • Le cognassier
  • Le plant de tomates

Il faut donc savoir que les récoltes de pommes, de citrons et de poires sont sous la menace de la maladie fongique.

Moniliose : comment lutter contre cette maladie des arbres fruitiers ?

Quels sont les traitements à appliquer pour lutter contre la moniliose ?

Il existe une multitude de traitements préventifs pour se prémunir face à la moniliose afin que ces maladies ne ravagent pas la récolte, les fleurs et les rameaux dans votre jardin.

La bouillie bordelaise

Le traitement préventif se fait avec de la bouillie bordelaise. La bouillie bordelaise est un traitement préventif assez classique pour faire face à la moniliose. Il suffit de pulvériser la solution de 10 grammes par litre pour avoir un résultat satisfaisant. Il faut appliquer ce traitement préventif en automne au moment où les feuilles vont tomber. Il faut aussi le faire au commencement du printemps, car il s’agit de la période où les bourgeons vont éclore, c’est-à-dire le débourrement. Si le printemps est humide, l’opération doit se faire 2 fois à 2 semaines d’intervalle.

L’infusion de raifort

L’infusion de raifort est un traitement préventif totalement biologique. La solution est 100 % artisanale et ne se trouve pas dans un quelconque commerce. Il faut l’utiliser pure et la pulvériser au tout commencement du fleurissement des arbres. Il faut renouveler à 3 semaines d’intervalle 3 fois au minimum.

La décoction de prêle

La décoction de prêle se vend dans les jardineries dans lesquelles vous pouvez la faire artisanalement. Pour 1 litre de décoction, mettez y 4 litres d’eau. La solution est à pulvériser au début de la floraison. Il faut utiliser ce produit préventif plusieurs fois durant le printemps et l’été.

Le blanc arboricole

Ce traitement préventif s’utilise durant l’hiver pour assurer la sûreté des récoltes. Arrosez les troncs des arbres avec du lait de chaux.

Le fenbuconazole

SI vous faites face à un épisode particulièrement violent de propagation de moniliose, il faut appliquer ce fongicide chimique à base de fenbuconazole au tout début de la floraison des arbres.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter la propagation de la moniliose ?

Au-delà des traitements préventifs à mettre en place pour lutter contre la moniliose, pensez à bien procéder régulièrement à la taille des arbres fruitiers pour éliminer toutes les branches mortes ou abîmées susceptibles d’être infestées par le champignon responsable de la moniliose. De même, un entretien régulier du sol autour de vos arbres et une coupe méticuleuse des feuilles malades peuvent aider à empêcher la prolifération des spores dans votre jardin.

Un arrosage excessif facilite la propagation du champignon qui cause cette maladie. Il faut donc être vigilant sur ce point et veiller à ne pas trop arroser vos plantations : un arrosage modéré suffit amplement !

Le choix de variétés résistantes aux pathologies locales permettra d’éviter que les conditions naturelles ne soient propices aux attaques fongiques. Effectivement, selon le lieu où vous cultivez vos fruits, certains cultivars seront plus ou moins sensibles à ces parasites.

La moniliose se propage par les outils horticoles. Pensez à bien désinfecter soigneusement vos ciseaux, sécateurs et autres équipements après chaque utilisation afin d’éviter la transmission du champignon.

Pensez à bien mesurer les préventives pour éviter que la moniliose ne s’installe dans votre jardin. Les traitements préventifs peuvent vous aider à empêcher l’apparition de cette maladie, mais il est tout aussi crucial de prendre soin des arbres fruitiers en adoptant une pratique régulière et attentive.

Comment reconnaître les signes de la moniliose sur les arbres fruitiers ?

Pensez à bien savoir reconnaître les signaux d’alerte indiquant la présence de la moniliose sur vos arbres fruitiers. Les symptômes peuvent varier selon l’espèce végétale touchée, mais ils ont tous en commun d’être des taches brunes ou noires sur le feuillage, les fruits et parfois même les branches. Voici quelques exemples pour vous aider à identifier cette maladie :

• Sur les pruniers : il y a un dessèchement du bourgeon terminal ainsi que des tâches sombres qui se forment autour du calice.

Les fruits atteints sont souvent mous et flétris avec une odeur désagréable. Dans certains cas avancés, on peut observer des coulures visqueuses résultant de l’action enzymatique du champignon pathogène responsable de la maladie.

Si vous constatez ces signaux d’alerte dans votre jardin, pensez à bien agir rapidement. Effectivement, plus vous attendez avant d’agir contre la moniliose, plus elle risque de causer des dommages irrémédiables à vos plantations.