Le ragréage autolissant

Le ragréage autolissant constitue une étape nécessaire lors de la pose d’un revêtement de sol. Il permet de réparer les imperfections du sol pour le remettre à niveau. Retrouvez dans cet article les étapes à suivre pour faire un ragréage autolissant.

Ragréage autolissant : qu’est-ce que c’est ?

Le ragréage autolissant consiste à appliquer au sol un produit autolissant dans le but de corriger ses défauts. Il s’agit donc d’une technique de finition dans le domaine de la rénovation et de la construction. Il permet de corriger les bosses, les creux et tout autre défaut du sol. Les produits utilisés dans le cadre du ragréage autolissant sont des poudres que l’artisan devra mélanger avec de l’eau. Une fois posé au sol, le mortier est prêt à accueillir le revêtement. Lorsqu’il est bien réalisé, le ragréage autolissant permet d’obtenir une surface entièrement lisse et impeccable sans utiliser une spatule ou un lissage.

Lire également : Calculer la quantité de verre filtrant pour piscine : conseils et astuces

Quelles sont les étapes à suivre pour faire un ragréage autolissant ?

Dans le cadre de votre projet de rénovation ou de construction, il s’avère nécessaire de préparer le sol avant de poser le revêtement. Le ragréage autolissant vous garantit un sol plat et bien lisse. Voici les étapes à suivre pour réaliser le ragréage autolissant.

Examinez l’état du sol

Avant de réaliser un ragréage autolissant, il faudra vérifier en amont l’état du sol. Vous devez analyser la gravité ou l’envergure des imperfections du sol (trous, fissures, bosses ou autres). Il faut préciser que le ragréage autolissant ne peut pas être réalisé sur un sol qui présente d’énormes défauts. La meilleure option dans ce cas est de poser un fluide ou une chape de béton. Si les imperfections sont minimes, le ragréage autolissant constitue la meilleure option. Mais vous devez aussi vous assurer de la compatibilité du sol avec cette méthode. Celle-ci est particulièrement compatible avec les dalles synthétiques, le béton et le sol carrelé.

A lire également : Astuces déco pour masquer un mur extérieur inesthétique efficacement

Préparez le sol

La deuxième étape consiste à préparer le sol. Il faudra que le sol soit propre et sec. Si votre sol présente par exemple de moisissures, vous devez tout enlever. Vous devez également enlever les éléments susceptibles d’entraver l’adhésion du mortier de ragréage. Vous pouvez utiliser un détergent pour enlever les taches de graisse. Mais l’usage du solvant est déconseillé.

Appliquez le primaire d’accrochage

Après avoir bien préparé le sol, il faudra maintenant appliquer le primaire d’accrochage. Celui-ci est très utile sur les sols très poreux (bois, béton) ainsi que les sols non poreux. Le primaire d’accrochage doit être appliqué avec un pinceau ou un rouleau. Une fois appliqué, vous devez attendre quelques heures pour qu’il sèche.

Préparez le mortier du ragréage

Le produits autolissant est en poudre. Pour cela, vous devez le mélanger avec de l’eau afin d’obtenir le mortier. Pour avoir une pâte homogène, utilisez un malaxeur pour agiter le mélange.

Versez le mortier préparé sur le support

Lorsque vous finissez la préparation, il faut maintenant verser le mortier sur le support puis l’étaler avec une lisseuse. N’hésitez pas à utiliser un rouleau débulleur si le support présente de petites cavités. Vous pouvez aussi utiliser cet équipement pour étaler le mortier si son épaisseur est importante.

Laissez sécher le ragréage autolissant

Pour un rendu optimal, il s’avère important de respecter le temps de séchage. Ce temps dépend du produit autolissant utilisé, de l’épaisseur du ragréage et du type de revêtement de sol que vous allez poser (moquette, carrelage, parquet ou autres). L’idéal est de suivre les indications du fabricant.

Peut-on appliquer du produit autolissant sur du carrelage ?

Cette méthode est compatible avec les supports de différentes natures. Vous pouvez donc faire du ragréage autolissant sur du carrelage. Le processus reste presque le même. Avant d’appliquer le primaire d’accrochage sur le carrelage, vous devez nettoyer la surface et la rendre propre. Il faut ensuite appliquer le mortier et le laisser sécher.

Il faut noter que vous avez aussi la possibilité de ragréer un sol extérieur. Mais les produits autolissant destinés au ragréage extérieur sont différents de ceux utilisés lors du ragréage intérieur. Cela requiert parfois des planches de coffrage. Ceux-ci permettent de contenir le mortier durant la phase de séchage.

Comment réussir son ragréage autolissant ?

Pour vous assurer d’obtenir un bon rendu final et durable, vous devez suivre minutieusement toutes les étapes de la pose du ragréage autolissant. Faire appel à une entreprise spécialisée constitue la meilleure option si vous souhaitez obtenir de belles finitions. Celle-ci dispose du matériel nécessaire pour vous garantir un travail sans faille. Elle s’occupe de tout et vous permet de vaquer à vos différentes occupations. La réussite du revêtement du sol dépend de celle du ragréage du sol. Il s’avère donc important de confier cette tâche à un professionnel pour vous assurer de sa réussite.

Quels sont les avantages du ragréage autolissant par rapport aux autres méthodes ?

Le ragréage autolissant présente plusieurs avantages comparativement aux autres méthodes traditionnelles de rénovation des sols. En effet, il permet d’obtenir un rendu impeccable et uniforme en peu de temps. Une fois le ragréage posé et sec, vous pouvez immédiatement recouvrir votre sol avec le matériau de revêtement que vous souhaitez.

Cette technique offre une grande résistance mécanique grâce à son pouvoir d’adhésion puissant qui garantit la longévité du sol ainsi traité. Elle est aussi très pratique car elle n’émet pas de poussière lorsqu’elle est mise en œuvre, contrairement à certaines méthodes comme le béton ciré ou encore les carrelages.

Il faut ajouter qu’elle s’adapte à toutes sortes de structures : plancher bois, plancher chauffant électrique ou hydraulique… L’un des atouts majeurs du ragréage autolissant, c’est aussi sa capacité à être installé sur tout type de support (béton brut ou peint), ce qui facilite grandement les travaux sans avoir besoin d’enlever la dalle PVC existante, par exemple.

Si vous recherchez une solution pratique et efficace pour rénover vos sols abîmés sans trop dépenser ni engager beaucoup d’efforts physiques inutiles, alors optez clairement pour le ragréage autolissant !

Comment choisir le bon produit pour son ragréage autolissant en fonction de ses besoins ?

Une fois que vous avez décidé de réaliser un ragréage autolissant, il faut bien choisir le produit qui convient à vos besoins. Effectivement, il en existe plusieurs types et chaque produit a ses avantages et inconvénients.

Le premier critère important à considérer est la nature du support sur lequel vous voulez poser votre ragréage autolissant. Si votre sol est très abîmé ou si vous souhaitez une résistance accrue, optez pour des produits avec une forte teneur en résine époxy. Ce type de produit offre une meilleure adhérence, une plus grande résistance aux chocs et à l’abrasion.

Si, au contraire, votre sol présente des irrégularités mineures comme des trous ou fissures peu profondes, alors choisissez plutôt un ragréage ciment. Il permettra d’obtenir un résultat uniforme tout en comblant les petites imperfections du sol.

Si vous envisagez d’utiliser ce procédé pour différents locaux (maison individuelle, bureaux…), pensez aussi au temps de séchage du produit par rapport au nombre de personnes susceptibles d’y circuler fréquemment. Pour cela, privilégiez les produits qui ont un temps moyen, voire rapide, entre 1 heure et une demi-journée.

N’oubliez pas qu’il y a aussi différentes textures adaptées selon la destination finale : anti-dérapante pour les locaux humides (cuisines), lisse pour les espaces traversés souvent, etc.

Il faut bien définir vos besoins et en parler avec un professionnel avant de choisir le produit qui correspondra à votre projet. Cela vous permettra de faire le meilleur choix possible pour votre ragréage autolissant.